Pensées pour moi-même (Aurèle) Archives - blogphilo.fr
Blog à propos de livres audio de philosophie.
livre audio, philosophie, blog, politique, art, épistémologie, morale, bonheur, inconscient, liberté
93
archive,category,category-pensees-pour-moi-meme-aurele,category-93,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 
Pensées pour moi-même (Aurèle) / 12.06.2017

L'une des plus grandes trouvailles de Marc Aurèle consiste, ce me semble, dans la reconnaissance que rien de fondamental ne change. La vie des hommes est toujours la même quelques soient les époques et les lieux. Une telle affirmation sonne étrangement à nos oreilles car nous avons au contraire l'impression que la vie de l'humanité n'a cessé de varier au cours du temps. Effectivement, nous constatons que les vestiges des temps anciens ne ressemblent pas aux constructions de notre époque. Il semble également que les mœurs évoluent, sans doute...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 10.06.2017

Supprime l'idée que tu t'es faite ; et, du même coup, tu supprimes aussi ta plainte : Je suis blessé. Supprime le Je suis blessé ; et, du même coup, la blessure est supprimée également. Livre IV Vu d'ici cela peut paraître un peu rapide, un peu facile. D'autant que son exemple précis semble donner prise aux critiques. Nous pourrions en effet lui objecter que la blessure est objective, que nous la considérions ou non, elle persiste. Elle n'attend pas notre assentiment pour exister. Une telle objection cependant est faible....

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 09.06.2017

Ce qui me chiffonne dans la pensée de Marc Aurèle, consiste justement dans cette volonté de maîtrise de la raison. Cette croyance profondément ancrée que la rationalité est le plus sûr moyen de sortir du marécage de la vie. Aurèle semble condamner presque systématiquement tout ce qui sort de la raison : l'impulsivité, la passion désordonnée, la foi aveugle, la colère qui nous emporte et la joie qui nous submerge. Il préfère à tous ces débordements la claire et froide lumière de la raison qui replace les choses, les...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 08.06.2017

Pour Marc Aurèle, en bon stoïcien, le but ultime est de n'être dirigé que par la raison. Il convient d'avoir une conscience claire et précise des phénomènes afin de se diriger grâce aux lumières de son esprit. Il y a donc un refus catégorique de l'impulsivité, d'une pensée du corps, de l'emportement passionnel. Mais un tel objectif semble présupposer que nous pouvons disposer d'un véritable contrôle de notre conscience. Sans faire appel à l'inconscient freudien, il est clair que bien souvent l'esprit se trouve préoccupé par des idées qui...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 07.06.2017

Pour Marc Aurèle, la bave du sanglier n'est ni neutre ni laide, elle est belle au même titre que le reste. Au fond, il affirme que la beauté est un tout, ce que nous concevons comme laid est nécessaire à l'ensemble du tableau et le rend beau. Sans lui la beauté ne serait pas parfaite. Il ne s'agit pas de comprendre que la beauté est relevée par la laideur, ce serait reconnaître la beauté et la laideur en soi. Non, pour reprendre son exemple de l'olive noire, son amertume fait...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 06.06.2017

Il existe semble-t-il une différence essentielle entre l'égoïsme pensé par les Anciens et son acceptation moderne. Aujourd'hui, être égoïste consiste moins à penser d'abord à soi-même qu'à nier autrui comme subjectivité. Nous sommes égoïstes lorsque nous nous servons d'autrui pour accéder à nos propres objectifs. Nous ne le considérons pas comme un être pensant, ressentant des émotions et agissant dans le monde, mais comme quelque chose qui fait obstacle à nos propres désirs ou qui, au contraire, est susceptible de les favoriser. Ainsi, être égoïste c'est ne pas penser...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 05.06.2017

Je ne parviens pas à dépasser ce qui me semble être chez Marc Aurèle une contradiction. Il semble bien en un sens qu'il fait le deuil de toute vérité métaphysique susceptible de soutenir l'existence humaine puisqu'il relativise l'ensemble des valeurs humaines, justement parce qu'elle sont humaines et donc insensée si on les rapporte à l'infini du temps et de la matière. Il admet bien, peut-être, l'existence d'une vérité divine, mais celle-ci reste inaccessible à l'homme. Dès lors, la quête de cette vérité susceptible de donner sens à l''existence...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 04.06.2017

La mort elle-même ne peut être considérée comme un mal, même comme un mal nécessaire. Car, en tant que processus naturel, elle fait partie des règles du jeu de départ. Vouloir discuter de ces règles n'a pas plus de sens que de pratiquer un sport en récusant, non l'interprétation de l'arbitre, mais la lettre même des règles du jeu. Où de s'emporter contre la loi de la gravité. C'est là, aux dires de Marc Aurèle, un comportement enfantin. D'autre part, nous ne pouvons sortir du présent. Le passé, en...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 03.06.2017

À l'argument selon lequel, si Dieu existait il n'y aurait pas d'injustice dans ce monde. Marc Aurèle répond que c'est nous humains qui définissons avec nos propres lumières les notions de juste et d'injuste et que cette définition n'est sans doute pas la même que celle des Dieux. Au fond, c'est le même argument qui consiste à considérer que les voies du Seigneur sont impénétrables. L'argument supplémentaire qu'il propose repose sur le fait que, la vie humaine n'étant qu'une goûte d'eau dans l'océan du temps et de la matière,...

Pensées pour moi-même (Aurèle) / 01.06.2017

La première partie des Pensées pour moi-même composée, pour l'essentiel, de remerciements, m'avait semblé à la lecture aussi creuse qu'un discours de cérémonie des Oscars. À l'écoute, cependant, je prends conscience que l'auteur va bien au-delà. D'une part, il propose une galerie de personnages qui incarnent pour lui des qualités morales. En ce sens, ces portraits forment déjà, lorsqu'on les considère ensemble, une sorte de système éthique. Mais d'autre part, il me semble qu'il tente de souligner plus les dérives des caractères que leur rectitude qui apparaît au premier...