Éthique à Nicomaque (Aristote) Archives - blogphilo.fr
Blog à propos de livres audio de philosophie.
livre audio, philosophie, blog, politique, art, épistémologie, morale, bonheur, inconscient, liberté
75
archive,category,category-ethique-a-nicomaque-aristote,category-75,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 
Éthique à Nicomaque (Aristote) / 30.05.2017

Aristote en vient à affirmer qu'il est vain de démontrer au peuple la nécessité de ses conclusions. Le peuple est aveuglé par ses propres penchants, ce qui le rend sourd à la nécessité morale. Le rôle de la politique serait donc de contraindre le peuple à adopter malgré lui des pratiques que les rares penseurs éclairés sont capables de définir pour eux. Ceci serait très grave car cela remettrait en cause la propre méthodologie d'Aristote, qui consistait, me semble-t-il, à s'appuyer sur la pratique effective pour remonter à la règle....

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 29.05.2017

À la question de savoir si le plaisir est un bien. Aristote part de l'idée selon laquelle lorsque l'on parle du Bien, il ne faut pas chercher dans un ciel des Idées mais dans les pratiques humaines : est bien ce que nous cherchons effectivement. Or, tous les hommes recherchent le plaisir, ainsi le plaisir pourrait être considérer comme le bien par excellence. Il est intéressant de noter qu'une fois encore Aristote se place dans une perspective purement pratique ; il induit le principe, de la pratique ; il ne part donc...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 27.05.2017

Pour Aristote l'amitié commence par la reconnaissance du semblable en l'autre, ce que l'on aime chez autrui c'est d'abord la confirmation de la valeur que j'accorde à ce que je suis. Ainsi, il faut s'aimer soi-même d'abord pour aimer l'autre et, ce que l'on aime en l'autre, n'est d'abord que le reflet de soi-même. Il y a là une certaine forme de valorisation de l'égoïsme. ...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 26.05.2017

Pour Aristote nous ne faisons pas le bien autour de nous pour recevoir en retour un bienfait de notre obligé car ce serait alors un rapport entre créditeur et débiteur. Ce n'est pas non plus par narcissisme, pour s'auto-congratuler. Mais parce qu'il s'agit de la seule façon d'être bienveillant. La bienveillance n'existe que par l'acte bienveillant et l'obligé est la matérialisation de la bienveillance. Une bienveillance en acte. Ceci entre bien dans la conception aristotélicienne de la réalisation de puissance par l'exercice de l'action. C'est l'acte courageux qui rend courageux...

Éthique à Nicomaque (Aristote), Gödel Escher et Bach (Hofstadter) / 17.05.2017

La question du métalangage, repose sur la capacité, dans un système fermé, de produire un discours sur le système. Donc de sortir du système pour le percevoir de l'extérieur. Il est possible de rapprocher cette idée du fait que, de la même manière, pour saisir la pensée d'Aristote, il ne faut justement pas être contemporain d'Aristote, mais saisir cette pensée de l'extérieur, c'est-à-dire à travers le prisme d'une idéologie différente (Cf. Comprendre Aristote). ...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 16.05.2017

L'esclave en tant qu'esclave n'est perçu que comme un outil animé, nous dit Aristote : nous en prenons soin comme d'un outil qui nous est utile et dont la privation nous causerait un dommage. En ce sens l'esclave fait parti intégrante des moyens de production. Pour autant, ajoute Aristote, nous pouvons considérer l'esclave comme une personne. Auquel cas il cesse d'être objet pour redevenir un sujet, l'égal du maître. La difficulté liée au fait de ne pas trancher entre ces deux représentations crée une certaine forme de schizophrénie, faisant passer...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 14.05.2017

Il y a un côté apaisant chez Aristote, notamment lorsqu'il affirme qu'il est plus honteux de dépouiller son frère qu'un concitoyen lambda. Pour nous autres, héritier de la tradition morale kantienne, une telle affirmation fait l'effet d'un blasphème. Il convient toujours de régler notre action sur la règle. L'idée est l'essence et la pratique l'accident. Ainsi, s'il est mal de voler, cela vaut quelque soit la cible ou les circonstances du vol. Mais la pratique vient nier le principe, car, on a beau être kantien, il est malaisé de ne...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 13.05.2017

L'amitié pourrait-elle consister essentiellement en la recherche chez autrui de nos propres valeurs ? Une telle théorie conduirait à faire de l'amitié le moyen de confirmer ma propre idéologie, lui donner sa consistance. Car si nous sommes seuls à porter des valeurs, celles-ci restent molles. Nous avons besoin de la confirmation d'autrui pour y croire nous-même. La normalité n'étant au fond que l'accord des consciences et non un absolu métaphysique. C'est au prix de l'accord d'autrui que nous échappons à la folie. L'idée de solidarité mécanique une fois encore est à...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 09.05.2017

Il semble qu'un rapprochement puisse être fait entre Aristote et Socrate, concernant l'idée selon laquelle "nul n'est méchant volontairement". C'est, soit par passion, soit par ignorance que l'on se laisse aller à l'intempérance affirme Aristote. Il fait d'ailleurs le parallèle avec l'effet que l'alcool a sur nous. À savoir, notre capacité d'oubli de la droite règle qui est à l'origine de nos égarements. Le deuxième argument d'Aristote pour expliquer les écarts d'intempérance est le suivant : ce n'est pas parce qu'un individu a appris la règle par cœur qu'il l'a...

Éthique à Nicomaque (Aristote) / 07.05.2017

L'échange aurait pour objectif l'équilibre entre les parties selon Aristote. Ainsi, lorsque nous troquons ou que nous nous servons de monnaie, ce qui est recherché, est moins l'équilibre subjectif que l'équilibre objectif. Il nous semblait cependant que ce qui comptait était d'estimer la valeur subjective de tel ou tel objet, car nous ne pouvons nous sentir lésé que par l'imagination ; réellement, il est impossible d'être lésé car les objets n'ont pas de valeur en eux-mêmes. Mais si nous nous en tenons à ce que semble affirmer Aristote, à savoir que...